• Eva

Une figure de la mode est morte hier.

Dernière mise à jour : 21 févr. 2019

Entre les centaines d'articles qui ont été publiés aujourd'hui et hier sur la mort du génie de la mode, je vous propose ici un - très - rapide retour sur cet homme et sur ses différentes facettes.


Directeur artistique de la maison de haute couture Chanel, Karl Lagerfeld est décédé le 19 février 2019 à l’âge de 85 ans. Véritable génie de la mode, Karl (comme il est appelé dans le métier) révèle très tôt une affinité avec la haute couture. Dans les dernières années de sa carrière, il a supervisé une vingtaine de collection par an, allant de la haute-couture au prêt-à-porter. C’est un véritable monstre de la mode qui s’est éteint hier. Il est le premier à faire signer à un mannequin un contrat d’exclusivité. Il donne un visage à la maison Chanel. Dans ses créations, il est tout autant innovant et mélange les éléments de l’histoire des maisons de couture avec des références modernes.

Le "Kaiser" (l'empereur) est un personnage reconnaissable entre mille, avec son costume sombre et son col blanc, ses mitaines et ses bagues d'argents. Il est l'inventeur des défilés-spectacles. Ses défilés transforment les salles en supermarchés géants ou en rampe de lancement de fusée. On l’admire pour son génie, pour son goût et pour son sens du beau.


Mais j’aimerais attirer votre attention sur ce personnage qui, malgré ses grandes qualités artistiques, est très critiquable. On pourrait critiquer sa volonté de n’accepter que des mannequins « types » dans les défilés de Chanel (j’entends de grandes et fines filles, dont le physique n’est pas le plus représentatif). Mais, en tant que directeur artistique, il est en droit de choisir l’image de sa marque. Néanmoins, « Karl » a de nombreuses fois prouvé qu’il est un homme misogyne et xénophobe.

Invité sur le plateau de Salut les terriens ! en novembre 2017, il a tenu des propos on-ne-peut-plus ahurissants, se livrant à des amalgames alambiqués. En discutant de la politique migratoire d’Angela Merkel, il déclare « Vous pensez qu’elle (A. Merkel) l’a fait pour montrer que l’Allemagne, par rapport à ce qui s'est passé pendant la Deuxième Guerre mondiale, était finalement un pays accueillant ? (…) On ne peut pas, même s'il y a des décennies entre, tuer des millions de juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après. Je connais quelqu'un en Allemagne qui a pris un jeune Syrien, au bout de quatre jours il a dit : 'la meilleure invention de l'Allemagne c'est l'holocauste' ». Inutile de préciser que ces propos ont fait l’objet de plusieurs signalements au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), compte tenu de leurs teneurs hautement xénophobes.


Le débat repose sur l’attitude à adopter. Faut-il le voir comme le génie de la mode qu’il est et qu’il sera toujours, ou remettre en question cette image dorée cachant, en réalité, un homme sombre et profondément intolérant.

50 vues0 commentaire